Le caisson hyperbare pour se débarrasser du COVID long ?

Publié le Catégorisé comme Oxygénothérapie Hyperbare

Oui, l’oxygénothérapie hyperbare améliore les fonctions neurocognitives et les symptômes liés au COVID long ! La nouvelle est tombée il y a peu et donne enfin de l’espoir aux nombreuses personnes souffrant encore du Covid long.
Dans l’article ci-dessous, je vous explique pourquoi l’utilisation d’un caisson hyperbare peut vous aider, le tout agrémenté (comme d’habitude) de sources scientifiques. Et en toute fin de page, vous trouverez le témoignage d’une patiente ayant été sortie d’affaire.

Les symptômes du Covid long

Tout d’abord, qu’est-ce que le Covid long ?
À partir de mai 2020, suite à la première vague du Covid, nous avons vu apparaitre chez certains patients la persistance de symptômes, plusieurs semaines ou mois après les premières manifestations.
La Haute Autorité de Santé annonce que cela concernerait environ 20 % de personnes après 5 semaines, et 10 % après 3 mois 1https://www.has-sante.fr/jcms/p_3237041/fr/symptomes-prolonges-suite-a-une-covid-19-de-l-adulte-diagnostic-et-prise-en-charge#_ftn1!

Crédit image : site du ministère de la santé et de la prévention

Parmi les patients ayant des symptômes persistants suite au SRAS-CoV-2 2https://doi.org/10.1038/s41591-022-01909-w :

  • 80 % d’entre eux rencontreraient encore des problèmes de douleur, de fatigue et d’éruptions cutanées.
  • 14,2 % de dépression, d’anxiété, d’insomnie et de brouillard cérébral.
  • 5,8 % de toux, d’essoufflement et de mucosités.

Malgré le grand nombre de victimes du Covid long, il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement pour soigner la cause de cette pathologie 3https://www.ameli.fr/cote-d-or/assure/covid-19/symptomes-gestes-barrieres-cas-contact-et-isolement/covid-long-symptomes-prolonges-du-covid-19/covid-long-symptomes-prolonges-covid-19.

Le caisson hyperbare : nouvelle lueur d’espoir pour traiter le COVID long

La bonne nouvelle nous provient d’une équipe israélienne, très active dans la recherche sur l’oxygénothérapie hyperbare.
Chapoté par le professeur Shai Efrati (dont je vous parlais dans un précédent article), le groupe de scientifiques a étudié l’utilisation du caisson hyperbare sur les personnes atteintes du Covid long.

Shai Efrati
Professeur Shai Efrati

Ce n’est pas la première fois que des recherches sont réalisées pour savoir si cette thérapie est efficace. Par exemple, la faculté de médecine de l’Université de Warwick (Angleterre) avait réalisé une étude fin 2021 4https://doi.org/10.7861/clinmed.2021-0462. Mais il était trop tôt pour en tirer des conclusions. En effet, le nombre de patients traités était faible et il n’y avait pas eu de groupe de contrôle.

Mais aujourd’hui, la nouvelle étude 5https://www.nature.com/articles/s41598-022-15565-0 du professeur Shai Efrati est solide :

  • 73 patients ont participé à l’étude.
  • Utilisation d’un groupe de contrôle (recevant un faux traitement) pour vérifier s’il n’y a pas un effet placebo.
  • Étude en double aveugle : ni les patients, ni le personnel soignant ne savent qui reçoit le vrai ou le faux traitement.
  • Des imageries cérébrales ont été réalisées avant et après traitement.

Caisson hyperbare et Covid long : les résultats

Les résultats démontrent qu’il y a clairement un effet. Comparées aux personnes du groupe placebo, les personnes traitées ont signalé une amélioration de leur niveau d’énergie, de leur sommeil et de leur fonction cognitive, ainsi qu’une diminution de la dépression. Il en est de même avec la douleur.

Vidéo d’illustration.
Ici, l’un de mes patients en pleine plongée hyperbare (diffusion avec son aimable autorisation).
Vidéo tirée de mon compte Instagram.

Rafi Akav, un responsable marketing de 44 ans qui s’est porté volontaire pour l’étude, se souvient pour le site WIRED :

J’avais l’impression d’étouffer. Ce traitement m’a sauvé.

Rafi Akav, patient ayant participé à l’étude.

Il affirme6https://www.wired.com/story/is-oxygen-the-answer-to-long-covid/ aujourd’hui que son sommeil, sa concentration mentale et son énergie sont revenus.

Pourquoi l’oxygénothérapie hyperbare serait un traitement efficace pour traiter le Covid long ?

Jusqu’à maintenant, la pathogenèse de l’état post-COVID-19 n’est pas encore déterminée. Et certains mécanismes suggérés comprennent l’invasion cérébrale directe du virus 7https://doi.org/10.3390/v13040700https://doi.org/10.1080/23744235.2021.1924397.

Ce serait pour cette raison que l’oxygénothérapie hyperbare est efficace pour traiter le Covid long. Car cette thérapie permettrait de déclencher la neuroplasticité.

La régénération déclenchée à l’aide du caisson hyperbare

Une plongée en caisson hyperbare permet de fournir au corps beaucoup plus d’oxygéne qu’il ne peut en obtenir en temps normal. Mais les effets bénéfiques obtenus ne se résument pas à cela. Après plusieurs plongées, des mécanismes de réparations au niveau cellulaire seraient déclenchés.

En effet, ces dernières années, les preuves s’accumulent et démontrent que l’oxygénothérapie hyperbare :

  • permettrait de stimuler la neuroplasticité
  • aurait un effet anti-inflammatoire
  • restaurerait la fonction mitochondriale
  • augmenterait la perfusion via l’angiogenèse
  • induirait la prolifération et de la migration des cellules souches

C’est d’ailleurs ce qui est avancé, une nouvelle fois, par le professeur Shai Efrati. Grâce aux imageries cérébrales, avant et après thérapie, il est possible de démontrer l’effet positif du caisson hyperbare sur le cerveau.

Images tirées de l’étude.
Les zones cérébrales en surbrillance indiquent des changements significatifs, suite au traitement d’oxygénothérapie hyperbare, par rapport au groupe de contrôle.

Pour conclure cet article, voici un court reportage sur le sujet, réalisé par la chaine américaine WESH2 :

Sous titres en français disponibles (cliquez sur l’écrou). Crédit vidéo : WESH2

Transcription de la vidéo :

Présentatrice : « Fatigue, anxiété, confusion, même après avoir récupéré du virus, les symptômes du Covid long ne sont pas seulement difficiles à gérer, ils sont difficiles à comprendre. Senait Gebregiorgis nous parle d’une nouvelle étude révolutionnaire qui montre comment le traitement aide certains porteurs à guérir. »

Danielle Gillen : « Nous nous sentons incroyablement seuls et les gens ne réalisent pas à quel point ça nous affecte. »

Senait Gebregiorgis : « Danielle Gillen a été l’une des premières victimes de virus elle a attrapé le covid en septembre 2020, mais même après avoir récupéré, sa douleur n’a pas complètement disparu. »

Danielle Gillen : « Je ne pouvais pas courir, je ne pouvais pas marcher, je ne pouvais pas cuisiner. J’ai lutté pendant si longtemps et tellement souvent, je n’avais nulle part où aller pour trouver réponses à mes problèmes. »

Senait Gebregiorgis : « Elle a fait face à des pertes de mémoire, de la confusion et une vision floue. Ce n’est que récemment qu’elle a finalement retrouvé espoir après avoir rencontré le Dr Mohammed ELAMIR des cliniques AVIV.

Dr Mohammed ELAMIR : « Que pouvons-nous faire pour traiter le cerveau et le corps, comment pouvons-nous régénérer de nouveaux tissus ? »

Senait Gebregiorgis : « Lundi, il a présenté une étude innovante qui vise à aider les personnes atteintes du Covid long à se sentir à nouveau eux-mêmes. Il utilise l’oxygénothérapie hyperbare. Le traitement permet à vos poumons de recueillir beaucoup plus d’oxygène que la normale. Alors votre corps ou votre cerveau peuvent créer de nouvelles cellules et développer de nouveaux vaisseaux sanguins.

Dr Mohammed ELAMIR : « De cette façon, au fur et à mesure du traitement, vous devriez voir ce brouillard cérébral s’améliorer, votre mémoire et votre concentration s’améliorent, votre physique physique s’améliore et c’est quelque chose que nous mesurons tout le long.

Senait Gebregiorgis : « Un peu moins de 100 patients ont participé à l’étude Covid. Le médecin dit que tous ont montré des améliorations. Les traitements durent entre 8 à 12 semaines, et sont personnalisés selon le patient. Gillen se sent comme une nouvelle personne après avoir suivi 10 traitements.

Danielle Gillen : « Je peux marcher, je peux faire du cardio, je peux m’occuper des devoirs des enfants. »

Dr Mohammed ELAMIR : « Au fur et à mesure que les gens reconnaissent la définition du Covid long, nous allons pouvoir identifier des choses spécifiques que nous pouvons traiter, mais ça ne s’arrête pas là. »

Présentatrice : « La clinique utilise également le traitement pour aider à guérir d’autres pathologies telles que les traumatismes crâniens et maladie de Lyme. »

Sources utilisées pour la rédaction de cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.