Soigner son AVC avec l’oxygénothérapie hyperbare et la photobiomodulation

Publié le Catégorisé comme amélioration, Oxygénothérapie Hyperbare, Photobiomodulation

Dans l’article suivant, vous trouverez le témoignage de l’un de mes patients, Loïs, victime d’un AVC en 2021. Je l’ai suivi pendant 2 mois et 1/2 afin de stimuler sa neuroplasticité à l’aide de la photobiomodulation et de l’oxygénothérapie hyperbare. Il a réalisé de grands progrès et c’est avec son autorisation que je vous les partage.

Loïs, survivant d’un AVC survenu en août 2021

Loïs, victime d’un AVC en 2021

Mon patient est un jeune homme sans antécédent médicaux. Il est passionné de sports de glisse, de nature et de voyages. En août 2021, il part surfer au Portugal.

Un homme surfant une vague (Algarve, Portugal). Crédit photo : Tiago J. G. Fernandes

Seul et en pleine mer, il est victime d’un AVC touchant l’hémisphère gauche de son cerveau. Il sera retrouvé sur la plage par des promeneurs, seul et hagard… Apparemment, il aurait réussi à regagner la rive par lui-même, mais aujourd’hui encore, il ne garde aucun souvenir de ce qui s’est passé. Il est alors hospitalisé en urgence dans un hôpital local, où il subira une craniectomie (découpe de la boite crânienne afin de libérer la pression).

Des séquelles handicapantes suite à son AVC

Les séquelles sont malheureusement lourdes. À la suite de cet AVC, Loïs est devenu hémiplégique du côté droit et aphasique.

Six mois après son accident, il a récupéré environ 75% de sa mobilité. Toutefois, le réapprentissage du langage et de l’écriture est beaucoup plus lent. Il arrive à prononcer et à écrire quelques mots, mais n’est pas en état de tenir une réelle conversation.

Vous pouvez le constater par vous-même en écoutant ce message audio de Loïs. Il date du 22 mars 2022, donc avant de commencer les thérapies :

Message audio de Loïs avant de commencer les thérapies, 7 mois post-AVC

Comme vous pouvez le constater, à cette époque, ses messages audios étaient très courts et malheureusement pas très compréhensibles.
De plus, toujours parmi les séquelles handicapantes, Loïs avait aussi beaucoup de problèmes avec sa mémoire à court terme.

La photobiomodulation et l’oxygénothérapie hyperbare pour stimuler la neuroplasticité

C’est suite à l’écoute du podcast Horizon sur lequel j’intervenais, que Loïs me contacte par l’intermédiaire de son amie.

Écoutez l’épisode 107 du podcast Horizon de Lena Champy

Avec son accord, nous mettons en places 2 thérapies très peu connues en France afin de stimuler sa neuroplasticité et de réparer ses fonctions cognitives :

Le RDV est pris ! Le 4 avril 2022, soit 8 mois après son AVC, je lui installe le matériel à son domicile. Je lui explique comment fonctionne l’appareil de photobiomodulation et le caisson hyperbare. Nous réalisons la première séance d’oxygénothérapie hyperbare en tandem, afin qu’il puisse mettre en pratique ce que je viens de lui expliquer. Après avoir répondu à toutes ses questions, je repars.

Par la suite, durant les 2 mois que vont durer les thérapies, j’assurerai le suivi en visio, ce qui nous permet de communiquer plus facilement. Le suivi est indispensable au bon déroulement des thérapies, car j’adapte toujours le protocole en fonction du retour de mes patients.

La photobiomodulation et le caisson hyperbare permettent des progrès après un AVC

Après presque 2 mois et 1/2 de thérapies, je reviens chercher le matériel et nous faisons le bilan final ensemble.

Les progrès sont nombreux ! Tout d’abord, il commence à reparler et peut tenir des conversations. Nous pouvons enfin parler du voyage qu’il avait programmé depuis plusieurs mois avec sa compagne. Il a réapprit plein de petites choses qui handicapaient son quotidien :

  • récupération de la mémoire à court terme
  • dire de courtes phrases (sujet, verbe)
  • améliorer sa lecture
  • écrire de courtes phrases compréhensibles
  • écrire lisiblement et facilement (motricité fine)
  • dessiner des motifs, colorier des mandalas
  • couper des oignons finement et facilement
  • donner l’heure
  • donner le bon mois, sans se refaire tout le calendrier dans la tête

Loïs a gentiment accepté que je partage son témoignage audio, que vous pouvez écouter ci-dessous :

Message audio de Loïs, après 2 mois et 1/2 de thérapies

Transcription du message audio :

hello
Bon, Julien, super cool
Apporté caisson et lumière ensemble
1h30 caisson, progressé constamment
Après 3 semaines, progrès plus lents
Lumière super, progressé encore, progresse super
Ensemble progressé constamment
Voilà

Comme il le témoigne dans son audio, les progrès de Loïs ont été très importants en début de thérapie. Il faut savoir que ce n’est pas une règle absolue, cela dépend des patients, de leurs séquelles, de l’ancienneté de leur AVC, de leur âge, etc. Loïs réalisait entre 5 et 6 plongées en caisson hyperbare par semaine. Concernant la photobiomodulation, je lui avais prescrit 2 protocoles. Un premier pour traiter directement son cerveau. Et un second pour déclencher la prolifération des cellules souches dans son corps afin que les progrès obtenus soient permanents.

À suivre…

Enfin, après une pause bien méritée pour Loïs et à son retour de voyage, je continuerai à le suivre afin l’aider à progresser au maximum. La neuroplasticité est une course de fond, et non une course de vitesse.


Attention : Je ne réalise pas de diagnostics médicaux. L’objectif de cet article est de vous montrer, grâce au témoignage de Loïs, que l’oxygénothérapie hyperbare et la photobiomodulation pourraient être de puissants outils pour provoquer la neuroplasticité. Bien que ces thérapies reposent sur des données scientifiques, elles sont actuellement considérées comme thérapies complémentaires. C’est-à-dire qu’elles ne doivent pas se substituer aux autres thérapies prescrites par le corps médical.

Comment mettre en place la photobiomodulation et l’oxygénothérapie hyperbare à la maison ?

Si vous souhaitez mettre en place ces thérapies chez vous, je peux vous conseiller et vous accompagner. Les protocoles que je propose se basent sur les dernières avancées scientifiques ainsi que sur mon expérience sur le sujet.

J’anime aussi un groupe Facebook sur le sujet, dans lequel vous pouvez poser vos questions :

Voici un autre article qui devrait vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.