Les cheveux : un obstacle pour la Photobiomodulation

Publié le Catégorisé comme Photobiomodulation

Les rayonnements infra-rouges peuvent traverser les différents tissus du crâne

Lors d’une thérapie par Photobiomodulation transcrânienne, le but est d’éclairer le cerveau à l’aide d’un rayonnement infra-rouge bien spécifique.
Votre appareil de Photobiomodulation n’a pas un accès direct au cerveau, le rayonnement doit donc traverser les différents tissus humains avant de pouvoir atteindre l’encéphale.

Ainsi, seul un très faible pourcentage de ce rayonnement n’arrivera qu’à destination… le reste sera perdu ! Car une partie sera soit absorbée par la peau et transformée en chaleur, soit réfléchie, soit réfractée. Néanmoins, les quelques faibles pourcentages arrivant à toucher le cerveau seront suffisants pour stimuler l’activité de vos cellules.

Cependant, il y a une chose que le rayonnement infra-rouge ne pourra pas traverser : les cheveux !

Les cheveux bloquent la Photobiomodulation.

Les rayonnements infra-rouges bloqués par les cheveux

En effet, dans une étude très intéressante, Theodore Henderson et Larry D. Morries mettent le doigt sur une aberration : la plupart des services marketing de fabricants de dispositifs de Photobiomodulation publient des photos de patients ayant placé un appareil sur leur cheveux.
Pourtant, les deux chercheurs démontrent que les cheveux constituent une barrière à la pénétration des infra-rouges vers le cerveau. Ils illustrent cela à l’aide d’un exemple très parlant. Ils placent une épaisseur de 2mm de cheveux blonds entre un laser infrarouge et un capteur laser. Résultat : 98% de la puissance du laser est absorbée ou réfléchi par les 2mm de cheveux ! Privant alors le cerveau du rayonnement infra-rouge !

D’autres chercheurs travaillant sur la Photobiomodulation sont du même avis. Par exemple, dans cette étude, il est possible d’y lire :

Les zones d’irradiation ont été choisis sur diverses parties de la tête, mais le front a été le plus souvent utilisé en raison de l’absence de cheveux qui peuvent servir de formidable barrière à la pénétration de la lumière en fonction de leur couleur et de leur densité.

De même pour le professeur Michael Hamblin, auteur de nombreuses de publications scientifiques au sujet de la Photobiomodulation :

Dans cette application PBM transcrânienne (tPBM), la lumière proche infrarouge (NIR) est souvent appliquée sur le front en raison d’une meilleure pénétration (pas de cheveux, longueur d’onde plus longue).

Michael Hamblin, source

Conclusion : aux vues des études citées précédemment, et en l’absence d’études qui prouveront le contraire, les cheveux sont un obstacle à la Photobiomodulation transcrânienne. Les patients souhaitant éclairer leur crâne devront au préalable se raser les cheveux (tout du moins les zones éclairées) ou choisir des zones plus dégagées (comme le front).

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *