Autisme et photobiomodulation : comportement et symptômes améliorés

Publié le Catégorisé comme amélioration, Photobiomodulation

En 2018, le professeur en neurosciences Gerry Leisman a mené une étude dont le but était d’évaluer l’efficacité de la thérapie par photobiomodulation afin de traiter des troubles du spectre autistique. En 4 semaines, cette thérapie par la lumière rouge a permis de réduire la sévérité des troubles et du comportement de l’autisme.

Professeur Gerry Leisman

L’autisme

L’autisme est un trouble neuro-développemental. Il se caractérise par une altération de l’intégration sociale et de la communication, à laquelle sont associées des anomalies du comportement et parfois du développement intellectuel (la déficience intellectuelle n’est cependant pas systématique). En France, environ 700.000 personnes sont concernées par le trouble du spectre autistique, dont 100.000 ont moins de 20 ans. L’autisme est reconnu comme un handicap depuis 1996.

jeune fille autiste
Jeune fille autiste

Traiter les troubles du spectre autistique avec la thérapie par photobiomodulation

La thérapie par photobiomodulation du cerveau consiste à appliquer une lumière rouge spécifique sur le crâne du patient afin de soigner des lésions cérébrales et d’autres problèmes neurologiques et psychiatriques.
Cette thérapie est non invasive, indolore et non médicamenteuse.
Si vous ne connaissez pas encore cette thérapie, je vous invite à lire cette page.

Jeune fille jouant à la Nintendo et recevant un traitement de photobiomodulation (image d’illustration)

Lors de cette étude, cette lumière spécifique était appliquée sur le crâne des patients durant plusieurs minutes, 2 fois par semaine.

Quels progrès pour ces enfants autistes traités à l’aide de la photobiomodulation ?

Avant de parler des résultats, il est important de préciser que cette étude est de qualité. En effet, le scientifique israélien et son équipe ont suivi 40 enfants atteints d’autisme et les ont séparés aléatoirement en 2 groupes.

  • Le premier groupe, constitué de 21 enfants autistes, a reçu le traitement de photobiomodulation.
  • Le second groupe, appelé groupe placebo, est constitué de 19 enfants autistes et n’a reçu aucun traitement (une fausse machine de photobiomodulation a été utilisée).

Ni les scientifiques, ni les participants ne connaissaient leur appartenance aux groupes. Ensuite, afin de mesurer le comportement des enfants et la gravité de leurs troubles autistiques, les chercheurs se sont appuyés sur 2 tests officiels :

Des progrès constatés par les parents

Une amélioration du comportement

Tout d’abord, le questionnaire « ABC » est proposé aux parents afin qu’ils puissent mesurer le comportement de leur enfant. Des scores plus faibles reflétent des troubles du spectre autistique moins prononcés.

scores ABC enfants autistes
Scores ABC des enfants autistes des 2 groupes.
En bleu : les scores des enfants ne recevant pas de traitement.
En orange : les scores des enfants recevant un traitement de photobiomodulation.

À la lumière de ces graphiques, nous constatons que les scores ABC du groupe recevant le traitement de photobiomodulation se sont améliorés de manière significative (colonnes orange).

De plus, l’amélioration a été progressive et a continué au fil du temps, y compris durant les 4 semaines après l’arrêt du traitement de photobiomodulation.
À l’inverse, il n’y a aucun changement dans le groupe placebo (colonnes bleues).

Une amélioration globale

Il en est de même avec l’échelle « CGI-C », qui permet de faire une évaluation globale du changement.

À la 8ème semaine, les symptômes et comportements autistiques ont été signalés comme « fortement améliorés » pour près de la moitié des participants ayant reçu le traitement de photobiomodulation (colonnes orange).
En revanche, il n’y a eu essentiellement aucun changement pour les participants ayant reçu le traitement placebo (colonnes bleues).

scores CGI-C enfants autistes
Les colones indiquent le nombre d’enfants par catégorie.
En bleu : les enfants ne recevant pas de traitement.
En orange : les enfants recevant un traitement de photobiomodulation.

Des progrès constatés par les professionnels

Ensuite, ce sont les cliniciens qui ont évalué la gravité des troubles des enfants, à l’aide de l’échelle « CGI-S ».

Les colones indiquent le nombre d’enfants par catégorie.
En bleu : les enfants ne recevant pas de traitement.
En orange : les enfants recevant un traitement de photobiomodulation.

Au bout de 4 semaines, tous les enfants ayant reçu un traitement de photobiomodulation ont montré une amélioration au test (colonnes orange):

  • plus aucun enfant n’est dans la catégorie « très sévère ».
  • la catégorie « sévère » ne contient plus que 2 enfants au lieu de 14.
  • Et au bout de 4 semaines, 20 enfants se situent entre les catégories « limite » et « modéré ».

Conclusion

L’étude conclut ainsi :

L’étude a révélé que la thérapie photobiomodulation pourrait être un outil efficace pour réduire l’irritabilité et d’autres symptômes et comportements associés au trouble du spectre autistique chez les enfants et les adolescents, avec des changements positifs maintenus et augmentés au fil du temps.

Comment mettre en place la thérapie par Photobiomodulation transcrânienne ?

Si vous souhaitez mettre en place cette thérapie chez vous, je peux vous conseiller et vous accompagner. Les protocoles que je propose se basent sur les dernières avancées scientifiques ainsi que sur mon expérience sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.